Victoire des Géants verts face au WOSB


Nouvelle victoire des géants verts ce samedi à Gries face au WOSB … Très bien entrés dans la partie, les Griesois ont bien failli se faire reprendre in extremis par un WOSB sans complexe. Ils s’imposent finalement sur la plus petite marge possible (74-73) et restent plus que jamais en course pour les play-offs.

«Il y avait faute»
À l’heure des bilans, les dirigeants des deux équipes auront certainement oublié la dernière seconde de ce derby. À raison ou à tort. En tout cas, celle-ci a offert deux fins de championnat bien différentes au BCGO et au WOSB. Ce matin, le premier est sur le podium et peut toujours croire en la montée en Nationale 1 tandis que le second (6e) a désormais tiré un trait quasi définitif sur les play-offs. À peu de chose près, une décision arbitrale en vérité, les rôles auraient pu être inversés.

Rappel des faits : à une quinzaine de secondes du terme, les Griesois semblent tenir leur victoire avec la dernière possession et un point d’avance. Mais ils perdent la balle et Chauvin tente sa chance à trois points, sans succès. Sous le panier, Camara arrache le rebond mais n’est pas plus adroit que son coéquipier. Chauvin récupère alors le ballon et est accroché, au buzzer, par un Vert… sans que l’arbitre ne siffle.

« Il y avait faute », dira très sportivement après la rencontre Olivier Bady, soulagé. Et pour cause, le coach du BCGO a vécu une soirée où il est passé par bien des états. D’abord celui de la satisfaction tant ses joueurs ont dominé le début de partie. Adroits, vifs, inspirés, les coéquipiers de Fabien Kaerlé ont totalement étouffé leurs adversaires lors d’un premier quart-temps maîtrisé quasiment de bout en bout (26-10).

La démonstration ne s’est pourtant pas éternisée, la faute à un WOSB retrouvé. Avec davantage de réussite et d’engagement, à l’image d’un Cabarkapa plus à l’aise dans la raquette, les hommes de Thierry Boess sont d’abord parvenus à redresser la barre.

?«On ne peut pas leur refaire le coup tous les ans»

À la pause, l’écart s’était déjà réduit (37-30), et la tendance plaidait en faveur des Bleus.

La dynamique se confirmait lors du troisième quart-temps. Avec cinq paniers à trois points inscrits en moins de trois minutes, oeuvre d’Aunis, Kuntz et Chauvin, les joueurs du WOSB recollaient (49-79, 27e’). Mais leur remontée s’arrêtait là, le BCGO reprenant une première fois ses distances (56-51, 29e’) avant de devoir se réemployer quelques minutes plus tard face à la nouvelle menace visiteuse (62-60 puis 69-62, 34e’). Jusqu’à la contenir une ultime fois dans les derniers instants…

« On ne peut pas leur refaire le coup (de gagner dans les derniers instants) tous les ans, s’amusait, lui aussi beau joueur, Thierry Boess. Même si Gries est bien rentré dans le match, on était serein et la suite l’a prouvé. On est bien revenus, mais on a trop péché aux lancers-francs (10 sur 20) et mal géré quelques situations de contre-attaque pour pouvoir faire mieux. Tant pis, on a quand même montré au BCGO qu’on était aussi bons qu’eux avec beaucoup moins de moyens… »

T.G.