BASKET-BALL Coupe de France (32ede finale) : BCGO – Saint-Quentin (20h)

Revue de presse DNA du 07/11/2017 – Article: Loïc SCHAEFFER // Photo: DNA – Franck KOBI

Après avoir disputé trois rencontres de championnat en huit jours, Gries-Oberhoffen remet le couvert contre Saint-Quentin en Coupe de France. L’occasion pour les Verts, malgré la fatigue, de poursuivre leur dynamique de succès.

Il a beau enfiler les victoires comme des perles et proposer du beau jeu avec ses joueurs, Ludovic Pouillart sent la fatigue prendre le pas sur son enthousiasme.

« Je suis crevé, je ne vais pas faire long feu ce soir », admettait le technicien griesois après le succès des siens contre Challans samedi.

La Coupe, pas une priorité

La traditionnelle troisième mi-temps autour d’une – ou plusieurs, mais toujours avec modération – bière(s) avec les supporters pour « refaire le match » fait partie pourtant des sacro-saints rendez-vous au BCGO.

Oui, sauf que le coach alsacien avait déjà en tête le nouveau combat qu’il lui faudra livrer ce soir, contre Saint-Quentin, en Coupe de France. Sans avoir le temps de décompresser, les Verts repartent à l’assaut pour la quatrième fois en dix jours.

Éprouvant, même lorsqu’on est professionnels. « En plus, aujourd’hui (hier) , c’était la rentrée scolaire. Je cours partout entre les enfants, les entraînements et la préparation vidéo. C’est très speed », soupire Ludovic Pouillart, qui pourtant ne changerait son job pour rien au monde.

La priorité absolue des Griesois n’est pas de briller en Coupe de France, une compétition dont la performance suprême serait de décrocher un match de prestige contre un club de Pro A.

« Saint-Quentin ne partira vers l’Alsace que ce mardi matin, pas la veille comme habituellement. Je pense qu’ils sont dans le même état d’esprit que nous. On les rejouera dans dix jours en championnat, et à choisir, je préfère gagner à ce moment-là », admet le coach du BCGO. Ce d’autant que l’adversaire des Hauts-de-France pointe à la quatrième place, avec seulement une victoire de débours sur les verts, deuxièmes (6-1).

« J’attends les jeunes au tournant »

Malgré tout, pas question de cracher dans la soupe. Avoir la possibilité de jouer un seizième de finale de Coupe de France reste un objectif alléchant. « Bien sûr qu’une fois sur le terrain, on va jouer le coup à fond », affirme Ludovic Pouillart, comme une évidence.

Ce test couperet sera aussi l’occasion pour les jeunes pousses, Noé Schott et Roman Mackowiak, de grappiller quelques minutes de temps de jeu.

« Ils savent qu’ils seront responsabilisés et que je les attends au tournant. C’est le genre de circonstances où il faut essayer de faire ses preuves », concède Ludovic Pouillart.

Ne pas se blesser, gérer la fatigue, poursuivre l’aventure et lancer les jeunes dans la bataille : mine de rien, la passe d’armes de ce soir offrira des enjeux à tous les étages.