NATIONALE 1 MASCULINE BC Gries-Oberhoffen – Saint-Quentin (20h)

 

Revue de presse DNA 17/11/2017 – Article: Olivier ARNAL // Photo: DNA – Franck KOBI

Défait par le leader Saint-Vallier samedi dernier, Gries veut remporter le duel au sommet qui l’oppose à Saint-Quentin ce soir à la “Forest Arena” pour rester tout en haut de la N1 et creuser l’écart avec ses poursuivants.

Ce n’était pas plus tard que la semaine dernière. Gries éliminait Saint-Quentin en 32e de finale de la Coupe de France au terme d’un match très disputé et dans lequel les joueurs s’étaient un peu chauffés (80-77).

Dix jours après ce premier choc remporté par les Alsaciens, les deux rivaux – qui se partagent la 2eplace de N1, ex aequo avec Chartres – se retrouvent ce soir (20h) pour le compte cette fois-ci de la 10ejournée de Nationale 1. Et la température risque bien de monter encore d’un cran à la “Forest Arena”.

« La pression est positive et agréable »

« C’est tout simplement la deuxième place qui est en jeu, affirme Ludovic Pouillart, le coach du BCGO. Mais si on gagne, on a aussi la possibilité de faire un mini-break sur la quatrième place. Ce match est important dans cette optique-là. »

Alors que Saint-Vallier mène un rythme d’enfer en tête du championnat, les Nordistes, très ambitieux, se déplacent en Alsace avec un maximum de pression sur les épaules. « Ils veulent tout de suite remonter en Pro B et ils savent qu’ils ne peuvent pas perdre chez nous, ajoute le technicien bas-rhinois. Saint-Quentin a une équipe au-dessus de la N1. Ils ont même un cinq majeur qui ne ferait pas défaut en Pro B. Je ne m’en fais pas pour eux, il y a de l’expérience et de la qualité. C’est solide et les gars semblent en mission. »

Mais comme souvent dans sa salle, le BCGO compte bien jouer les empêcheurs de tourner en rond. « On veut vivre avec les ambitions que notre début de saison nous a données. On est bien en haut du classement, il fait bien chaud », lance Ludovic Pouillart.

Un coach impatient d’y être

L’entraîneur du BCGO compte bien évidemment sur le bouillant soutien du peuple vert pour continuer à faire la course en tête. « Je suis impatient, souligne-t-il. On a fait ce départ en championnat pour jouer ce type de match. La pression est positive et même agréable. »