Nationale 1 masculine – Après la victoire du BCGO face à Boulogne-sur-Mer (86-80)

Revue de presse DNA du 14.10.17 – Article: Loïc SCHAEFFER // Photo: DNA – Jean-Christophe DORN

Maître de son sujet lors des trois premiers quart-temps, Gries-Oberhoffen a souffert dans l’ultime période mais a bien tenu pour s’arroger une quatrième victoire d’affilée.

Quant à savoir si jouer un vendredi 13 porte chance ou malheur, on peut légitimement penser que les «Verts» signeraient des deux mains pour rééditer l’expérience, tant pour le résultat que pour l’affluence d’ailleurs.
Il faut dire que tout a commencé très fort. Difficile de dire si Demond Watt est un concorde ou un bulldozer. Toujours est-il que l’Américain, bien servi par Forcada, gratifie le public de trois dunks en un quart-temps.

«Adresse incroyable»

Avec dix points déjà, le bondissant pivot se livre à un duel musclé face à JBAM (8 points), qui faisait encore les beaux jours du Havre en Pro A il y a deux saisons. Plus en rythme, le BCGO fait la course en tête (7-0, 2e ’, puis 14-6, 6e ’). Boulogne plie mais tient grâce à son impact physique dans la peinture (22-17, 10e ’).
Les extérieurs font chasse gardée des dix minutes qui suivent. Forcaca, Hillotte, Crétaux et Zengotitabengoa font ficelle à trois points, permettant à Gries de se creuser un petit matelas (32-21, 13e ’).
Saupoudrée d’un bon passage de Duro, Negrobar et Watt, et voilà comment le BCGO, très adroit (20/32 aux tirs), montre à Boulogne-sur-Mer, grosse écurie de la poule, qu’ils en ont. malgré le chantier titanesque de JBAM dans la raquette (16 points). A la mi-temps, les sept joueurs entrés en jeu ont scoré (49-37, 20e ’).
« On se devait de répondre avec de l’adresse parce qu’ils ont défendu en zone. Mais c’est vrai, on a eu une adresse incroyable», reconnaît Simon Crétaux, arrière du BCGO.

Les «Verts» ont décidément emprunté à Steph Curry son poignet. Glenn Duro par deux fois (59-45, 24e ’), puis Zengotitabengoa en fin de quart, allument avec succès derrière l’arc.
En face, Boulogne se rapproche, grâce à Temgoua et Dumortier en percussion, mais c’est trop peu pour contenir l’avalanche irrésistible de tirs (32/62 au final) en périphérie des Griesois (75-56, 30e ’).

Tenant à sa réputation de cador, Boulogne joue son va-tout et monte en agressivité. Les Nordistes font tanguer la Forest Arena lorsqu’ils reviennent à dix longueurs après deux tirs primés de Vergiat (72-62, 33e ’).
Negrobar, Crétaux et Zengotitabengoa redonnent une bonne bouffée d’oxygène aux leurs et assurent une fin de match qu’on ait besoin d’avoir de trop trembler, malgré une fin de match très hachée. Le BCGO, devant tout du long, s’impose logiquement, sans Sylla, blessé de dernière minute à la cheville.
«On a perdu quelques ballons faciles, mais il ne faut pas oublier que ça reste un gros adversaire », conclut Simon Crétaux.
Les «Verts», toujours invaincus, engrangent une quatrième victoire d’affilée et peuvent savourer leur week-end.
Pas de match le samedi soir, c’est pas si souvent…