NATIONALE 1 MASCULINE Après la victoire du BCGO face à Lorient (72 – 73)

Revue de presse DNA 09/10 – Article : Loïc SCHAEFFER // Photo DNA : Franck KOBI

Homme fort du BC Gries-Oberhoffen depuis l’entame du championnat, Oumarou Sylla, l’ex-meneur de Cergy, croque à pleines dents dans ce début de saison et travaille dur, confirmant qu’il a l’étoffe d’un joueur de N1.

Si on ne sait toujours pas qui tirera les penalties au PSG entre Neymar et Cavani, le BCGO, lui, n’a pas à s’incommoder de ce genre de caprices de stars.

Depuis le début du championnat, Oumarou Sylla, s’est imposé de lui-même comme le clutch player (*) de l’équipe, le patron des fins de matches au couteau.

« Je n’ai pas l’habitude de me cacher, ça fait partie du job du meneur de jeu et ça m’a toujours plu », assume l’ex joueur de Cergy. Auteur d’un panier dans les derniers instants du money-time à Chartres, le meilleur joueur de la deuxième journée de Nationale 1 a récidivé par deux fois samedi soir à Lorient.

Plus de 12 points par match

À peine entrée en jeu, il signe deux pénétrations fulgurantes pour sceller la victoire des Géants verts, toujours invaincus. Des paniers qui prouvent aux rares qui en doutaient qu’Oumarou Sylla, 24 ans, a les épaules taillées pour jouer en Nationale 1, après une première expérience ratée à Cergy en 2014/2015.

« On était descendu, et l’état d’esprit n’était pas au mieux cette saison-là. Mais je pense que j’ai le niveau pour peser dans cette division, même si je n’ai pas un parcours comme les autres », confesse sans fausse modestie celui qui a gravi les échelons depuis le niveau régional.

« On donne tout aux entraînements »

Sorti du bois par Ludovic Pouillart, il marque actuellement plus de douze points par match en moyenne en N1.

Et si le garçon a du talent plein les mains, le meneur de poche du BCGO assume aussi totalement son côté un tantinet nonchalant sur le parquet.

« C’est dans ma nature, j’ai un jeu à deux visages. Je peux paraître relâché, mais quand il faut accélérer, j’y vais », sourit-il.

Comprenez : il est prêt à tromper l’ennemi pour mieux le prendre par surprise. Une combine qui, pour l’heure, fait mouche.

« Il faut aussi dire qu’on donne tout tous les jours aux entraînements. Ludovic (Pouillart) nous met la pression pour qu’on soit au top physiquement et mentalement. Il ne faut pas s’enflammer, les matches qu’on a gagnés auraient pu basculer dans l’autre sens ».

Pas très expressif sur le terrain donc, Oumarou Sylla n’en prend pas moins les choses très à coeur, lui le Parisien expatrié en Alsace.

« Au début ça bizarre parce que c’est très calme. Parfois trop, plaisante-t-il, plus habitué à la frénésie de la capitale. Et puis, ça a été dur de quitter ma famille. Mais on a de bons mecs dans l’équipe, on s’entend tous très bien et je suis très heureux d’être ici. », savoure la dernière recrue estivale du BCGO. Son club sans doute aussi.

*clutch : terme anglais qui signifie être décisif dans les fins de match ; on parle alors de clutch player, un joueur qui fait la décision à lui tout seul.