BASKET-BALL Nationale 1 masculine : BC Gries-Oberhoffen – La Charité (86-68)

Revue de presse DNA 01/10 – Article : Loïc Schaeffer // Photo : DNA – Franck KOBI

Plus solide collectivement, le BCGO, porté par Watt et Sylla, n’a laissé aucune chance sur son parquet au promu de la Charité. Avec deux succès en autant de rencontres, les Verts font leur nid en haut du classement de la Nationale 1.

Les Verts restent aux stands dans les premières minutes. Rowland, hyper-percutant, s’en donne donc à cœur joie pour scorer et distribuer le jeu (6 points dans ce quart).
Il faut un temps-mort et un gros coup de gueule de Ludovic Pouillart pour que les Griesois commencent véritablement à jouer (2-8, 3e ).

À peine entré en jeu, Sylla aligne à trois points tandis que Zengotitabengoa vient conclure près du cercle. Plus appliqué en défense, le BCGO récupère des balles et passe devant pour la première à la faveur d’un alley-oop de la paire Forcada-Negrobar (13-12, 6e ). Ils prennent les rênes et ne les lâcheront plus (20-16, 10e ).
Un bon passage de Sylla permet aux Alsaciens de se détacher doucement mais sûrement (27-20, 13e ), avant que Watt ne débute son show (15 points dans cette période). Le marsupilami américain magnétise tous les ballons, malgré la défense de zone proposée par la Charité, et enchaîne avec une facilité déconcertante les dunks.
Seules une trop grande permissivité au rebond, l’adresse extérieure de Camara et la niaque de Rowland empêchent le BCGO de rentrer au vestiaire avec un écart encore plus conséquent (45-34, 20e ).

« Le danger vient de partout »

Negrobar, auteur de cinq points de rang, et Duro font flirter l’écart avec les 20 unités. Malgré tout, les nombreux rebonds laissés en cours de route permettent à la Charité de ne pas s’effondrer, par l’intermédiaire notamment de l’insaisissable Rowland. Les Verts, privés de Watt en raison d’un dos douloureux, se laissent quelques minutes endormir par la zone des visiteurs, jusqu’à ce que Sylla, seul Griesois adroit en périphérie, n’en remette une couche (65-47, 30e ).
« Ce soir (hier soi r ) , c’était moi, mais notre force, c’est que le danger vient de partout, et c’est chacun son tour. On a une philosophie de jeu qui prône le jeu rapide, et ça me convient très bien », reconnaît le Parisien, 29 d’évaluation hier soir.

Dans le peloton de tête

Zengotitabengoa et Sylla, qui continue son festival, se faufilent avec élégance dans la raquette visiteuse pour mettre le BCGO hors de portée (76-53, 36e ’). Mieux huilé, le collectif griesois étouffe des Charitois encore en train de découvrir l’exigence de la N1 et du monde professionnel. Les dix joueurs griesois foulent le parquet, un luxe rarement entrevu la saison passée. Le score final est sans appel : 86 à 68.
« On a des ambitions, mais il reste encore plus de trente matches, on connaîtra sans doute des temps faibles, mais on a bien géré la nervosité pour ce premier match à domicile », ajoute Oumarou Sylla.
Avec deux victoires en deux matches, le BCGO s’installe dans le peloton de tête de la N1 en se montrant convaincant dans le jeu. Aux joueurs de faire fructifier cette dynamique naissante.