Gries-Oberhoffen (Pro B) – Denain (Pro B), ce soir (20h)

Revue de presse DNA du 06/11/2018 : Article – Loïc SCHAEFFER // Photo : DNA – J-F. BADIAS

Gries-Oberhoffen reçoit Denain, ce soir en Coupe de France. L’objectif pour les Verts est simple : ne pas perdre trop de forces avant de retrouver leur adversaire du jour en championnat, vendredi.

Il est de notoriété publique que certaines des plus belles histoires du sport français se sont écrites dans le cadre de la Coupe de France.Le BCGO, vainqueur du trophée amateur en 2007, a également déjà goûté à son quart d’heure de gloire. Pourtant, cela fait deux ans que pour le club alsacien, la compétition est davantage un fardeau qu’autre chose.

« Physiquement, c’est dur d’enchaîner »

La rencontre face à Denain en 32es de finale n’échappe pas à la règle. Pire, elle ne la rend que plus tenace.

« Ce n’est pas très correct de dire cela, mais je considère ce match comme un entraînement. De toute manière, on sait très bien qu’on ne gagnera pas la Coupe de France, donc ce n’est pas la priorité », annonce Ludovic Pouillart, qui ne pense qu’à se maintenir à l’issue de la saison et installer Gries-Oberhoffen en Pro B.

Ce n’est pas tant que le coach griesois ne respecte pas la compétition. C’est plutôt que le contexte s’avère être plus défavorable que jamais, à l’heure de recevoir Denain.

« On est rentrés dimanche après-midi de Quimper. On joue ce soir, avant de repartir jeudi pour Denain, que l’on rejoue vendredi en championnat. Physiquement, c’est vraiment dur d’enchaîner », confie le technicien, dont les hommes ne s’entraîneront avec intensité que « mercredi et jeudi matin », le reste étant consacré à la tactique ou à la récupération.

Partie de poker menteur

Ajoutez-y l’entorse à la cheville d’Olivier Cortale, encore absent ce soir, et le départ précipité de Mike Miklusak (son remplaçant, Darius Tarvydas, ne sera pas qualifié pour ce 32e de finale), et voilà comment planter un dernier clou sur le cercueil des ambitions du BCGO dans la compétition.

Pour Ludovic Pouillart, le seul véritable enjeu sera de confier des responsabilités à des joueurs qui « jouent moins en championnat ».

« C’est vraiment une opportunité pour eux de gagner de la confiance et de me montrer qu’ils peuvent apporter davantage. Ça permettra aussi de travailler sur nos mouvements et de se dépenser physiquement », ajoute-t-il.

Pour le reste, les deux équipes, qui se retrouveront donc dès vendredi, devraient se livrer à une partie de poker menteur, d’un point de vue tactique.

« Ça m’étonnerait aussi que du côté de Denain, les joueurs majeurs disputent quarante minutes… à moins que l’équipe ne se sente très forte. De notre côté, on ne va pas révéler nos options défensives ou la manière dont on jouera ce week-end », déclare l’entraîneur alsacien.

Le parquet de la Forest Arena, transformé en tapis de jeu sur lequel tous les coups de bluff seront permis. Voilà peut-être malgré tout de quoi présager d’un match ouvert aux quatre vents et somme toute agréable à regarder.

Laisser un commentaire