Pro B – 5e  journée : Quimper – BCGO (98-96)

Revue de presse DNA du 4/11/2018

Mené de 18 points à cinq minutes de la fin, le promu alsacien est revenu de nulle part jusqu’à frôler la prolongation.

Déjà déficitaire dans le jeu intérieur face une raquette quimpéroise “musclée”, Gries devait en plus se passer de Cortale, victime d’une entorse de dernière minute. Mais aussi de Miklusak qui, victime d’un « profond » mal-être, a demandé à quitter le club au plus vite (plus d’informations dans notre édition de demain) , il allait sans dire que la mission du BCGO s’avérait compliquée.

Pour ne rien arranger, Ludovic Pouillart était contraint de sortir prématurément Skucas, auteur de deux fautes rapides. Cela n’empêchait pas les Griesois de rester au contact tout au long du premier quart-temps.

Si Quimper insistait logiquement dessous sur son dominateur pivot angolais Joaquim (15-9, 8e ), les Alsaciens trouvaient la solution à mi-distance, notamment grâce à Noel (18-17, 10e ). Jusqu’ici interdits d’accès au cercle adverse, ils devaient attendre le deuxième quart-temps pour trouver des lay-up faciles. Au point de revenir à hauteur des Bretons (26-26, 14e ).

Mais ceux-ci allaient jouer à outrance la contre-attaque.

Chaque tir manqué alsacien se transformait en panier trois secondes plus tard par Cohn ou Douvier. En confiance, les joueurs de Laurent Foirest devenaient aussi très efficaces sur jeu placé. L’écart gonflait alors de minute en minute (35-28 à la 16epuis 45-34 à la pause), malgré une bonne entrée de Loubaki. Le BCGO était dépassé dans tous les secteurs (64% aux tirs contre 34%, 21 rebonds à 14 notamment).

Malgré Zengotitabengoa

Forcada, peu en réussite jusque-là, tentait d’initier la révolte aux côtés de Zengotitabengoa (32 points hier). Mais Choplin, Dussoulier et Douvier enchaînaient quatre tirs longue distance qui commençaient à mettre leur adversaire dans une situation presque impossible (59-41, 24e ).

Pourtant, grâce à plusieurs bonnes séquences défensives, le BCGO plaçait un 14-5 qui lui redonnait espoir (64-55, 28e ).

Revenus à huit longueurs à dix minutes du terme, les hommes de Pouillart payaient une nouvelle entame de quart-temps ratée (77-61, 32e ). Absent tout le troisième acte pour des problèmes de fautes, Joaquim reprenait son chantier là où il l’avait laissé. Mondésir se mettait de son côté à ne plus rien rater (88-70, 35e ).

Dans une fin de match débridée, le BCGO revenait de manière spectaculaire (98-94 à 40 secondes de la fin). Après deux loupés de Cohn aux lancers, Loubaki avait même le ballon de la prolongation mais le perdait sur un passage en force. Le hold-up était tout près…